22 juillet 2021

Le Class40 La Boulangère Bio prend forme au chantier JPS à la Trinité-sur-Mer

Dans les bâtiments du chantier JPS à la Trinité-sur-Mer, la construction du Class40 La Boulangère Bio a débuté mi-mai. Ce plan Raison, du nom de son architecte, devrait être mis à l’eau au mois d’août prochain. S’en suivront d’intenses navigations afin qu’Amélie prenne en main sa nouvelle machine avec laquelle elle s’élancera en novembre prochain pour sa première transatlantique en double, la Transat Jacques Vabre.

Le bateau de la « Raison »

Le jeu de mot prête à sourire, mais il est surtout le reflet du choix architectural fait par Amélie comme elle l’explique, « Je n’ai jamais fait de Class40 donc je souhaitais avoir un bateau avec une carène tolérante et dont on arrive à maintenir le potentiel maximum longtemps. Le bateau reste simple, il n’enfourne pas. La vie à bord est aussi plus simple que sur d’autres Class40. Ce sont tous ces éléments qui m’ont convaincue de choisir David Raison parce que je sais que c’est une façon de naviguer qui me va bien et que ce bateau est pensé autour de sa skippeuse » Quatrième Class40 construit sur les plans Raison (après Crédit Mutuel, Project Rescue Oceans et Volvo), Amélie Grassi a eu à cœur d’y apporter sa touche en effectuant quelques modifications, « J’avais envie de trouver comment améliorer le bateau. En naviguant sur les autres bateaux et avec les retours d’expériences de ceux qui naviguent déjà sur type de Class40, j’ai cru le trouver un peu ‘mou’, pas très ardent. On a donc lancé des études avec la voilerie pour savoir théoriquement ce qu’apporterait de reculer le mât. Tous les calculs ont montré que ça allait dans le bon sens, donc nous avons validé cette évolution. D’autant plus qu’elle n’était pas trop difficile à mettre en place. » 

 

Une phase de construction passionnante

Débutée mi-mai, la construction du Class40 La Boulangère Bio bat son plein actuellement dans le chantier JPS. Cette phase, Amélie la suit avec passion, « Souvent les skippers ont un bagage ingénieur ou technicien, ce qui n’est pas mon cas. Quand j’ai récupéré mon mini, je me souviens que j’étais un peu perdue avec les termes techniques mais j’ai beaucoup progressé depuis. Cette période de chantier est passionnante ! Je cherche vraiment à comprendre car c’est important sur le long terme pour devenir un marin performant. Et puis le timing va être rapide entre la mise à l’eau et la Transat Jacques Vabre donc plus j’aurais appris de choses durant cette phase de construction, plus la prise en main du bateau sera facilitée. »

🎥 Web-série Du Temps Pour Soi #1

Partez à la rencontre d’Amélie Grassi, skippeuse La Boulangère Bio qui nous raconte comment a débuté sa passion pour la course au large. Avec son équipe, la jeune navigatrice mène actuellement la construction de son Class40 à bord duquel elle s’élancera dans quelques mois pour la Transat Jacques Vabre.