19 novembre 2021

Jour 12▸ Le Cap-Vert tant espéré !

Amélie Grassi et Marie Riou ont passé ce matin les premières îles du Cap-Vert et filent désormais vers le sud afin de contourner l’archipel dans son ensemble. Avec cette option, le duo La Boulangère Bio espère trouver davantage de pression pour mettre ensuite le clignotant vers la Martinique !

Contactée en fin de matinée, Amélie nous donnait des nouvelles du bord :

« Nous venons de passer le Cap-Vert à l’extérieur de l’île de Boavista. Nous avons approché l’archipel par l’ouest en étant convaincues que c’était notre meilleure option vu notre positionnement. Au final c’est pas mal, nous avons un peu perdu sur Guidi (Mourruau / Fantini) et Project Rescue Ocean (Tréhin / Denis), mais nous sommes contentes d’avoir fait ce choix car nous sommes bien revenues sur le peloton de tête. Il y a un peu deux salles, deux ambiances en ce moment avec ceux qui passent complètement à l’intérieur des îles, et nous qui contournons l’ensemble par l’extérieur. Avec l’orientation du vent qui se présente, nous avons l’impression que c’est de cette manière-là que nous aurons le plus de pression. Ce petit jeu de régate avec les différentes options prises par les concurrents est vraiment sympa en tout cas ! De notre côté, c’est reparti sur des allures où barrer est indispensable, donc nous avons repris notre rythme de barre et de siestes. Pendant que je vous donne des nouvelles, Marie profite des surfs ! Actuellement, nous avons 18 nœuds de vent, sous spi donc c’est chouette ! Il fait un peu gris, mais le temps est très doux et c’est toujours la bonne humeur qui règne à bord de La Boulangère Bio ! »

Amélie et Marie pointent cet après-midi en 12e position à 93 milles du leader Redman (Carpentier / Santurde Del Arco) qui a choisi de passer à l’intérieur des îles et se situe plus proche de la route directe.

Le Class40 La Boulangère Bio prend forme au chantier JPS à la Trinité-sur-Mer

Dans les bâtiments du chantier JPS à la Trinité-sur-Mer, la construction du Class40 La Boulangère Bio a débuté mi-mai. Ce plan Raison, du nom de son architecte, devrait être mis à l’eau au mois d’août prochain. S’en suivront d’intenses navigations afin qu’Amélie prenne en main sa nouvelle machine avec laquelle elle s’élancera en novembre prochain pour sa première transatlantique en double, la Transat Jacques Vabre.